TOURISME > Sites touristiques
CHÂTEAU DE PROUZEL

4 rue de l'église
80160 Prouzel
Tél. : 03 22 42 12 81

Visite gratuite des extérieurs du jeudi 14 juillet au samedi 3 septembre 2016 de 10h à 12h et de 14h à 17h
 
 
On doit la construction de ce château en 1669 et 1700 à Adrien Creton, conseiller du roi, maire d'Amiens. A sa mort, il laissa le domaine à son fils, qui à son tour le lègua à sa mort, à son neveu Louis Joseph Gaillard d'Auberville, conseiller du roi. Bien que construit à la fin du XVIIème siècle, ce n'est que sous Louis XVI, que fut aménagé l'intérieur du château. La décoration fut confiée à Jacques Rousseau, l'architecte amiénois. Il travailla à Prouzel probablement à une date se situant en 1760 et 1785. C'est à la même époque que furent construites en brique les dépendances. Marie-Amélie Gaillard d'Auberville hérita de son père, le domaine. Elle épousa le Général Léon Juchault de Lamoricière, qui se distingua surtout en Algérie. C'est vers 1860, après sa défaite à Castelfidardo, qu'il se retira à Prouzel ; il y mourut le 11 septembre 1865. Madame de Lamoricière vendit le domaine en 1880, au baron de l'Epine.
Une longue allée à la française, aménagée en 1904, conduit au château, un édifice à la fois simple et sobre, de plan rectangulaire, constitué d'un corps de logis flanqué de deux ailes. L'élévation est à deux étages pour l'ensemble de ce bâtiment alors que les deux ailes basses le prolongeant au nord et au sud ont une élévation à un seul étage surmonté d'un toit à la Mansart. Du côté de la cour d'honneur, l'avant-corps central est surmonté d'un fronton triangulaire. Du côté du jardin, l'avant-corps est à trois pans et forme un pavillon. La décoration sculptée est très sobre et se limite presque exclusivement aux guirlandes de feuilles surmontant la porte d'entrée au centre de chacune des deux façades. La clef des arcs des fenêtres est aussi ornée d'une feuille d'acanthe.
   
CHÂTEAU DE WAILLY

Rue Petit Rond
80160 Wailly (hameau de Conty)
Tél. : 03 22 38 16 07

Visite non guidées, extérieur et chapelle de 12h à 18h, du 1er juillet au 10 août 2016
Tarif : 3€
Tract du château
Elevé sur le bord de la terrasse, le château doit remonter aux années 1630. Il comportait un étroit pavillon central encadré de larges ailes, ces dernières flanquées en façades de petits pavillons saillants, accolés sur les côtés. Au sud, un corps intermédiaire disposé en équerre le relie à un second corps de bâtiment, parallèle à lui, abritant dépendances et logements de service. C'est ce second bâtiment, directement adossé à la falaise crayeuse, qui constitue le château actuel.
L'accès se fait par une longue chaussée traversant la vallée. Au début des années 1770, le duc de Croÿ décide de l'abandonner au profit d'une nouvelle chaussée, perpendiculaire à la première et prolongeant la terrasse vers le Nord. Elevés de part et d'autre de ce nouvel accès, deux grands et longs corps de communs en pierre blanche contribuent à renforcer l'allure majestueuse de la composition. Vers 1780, le duc décide d'ajouter à l'entrée de la cour d'honneur deux grand et hauts pavillons, couronnés de frontons triangulaires. Le pavillon de droite, seul conservé, témoigne de la qualité de cette architecture. Tout doit être achevé lorsque, le 27 octobre 1785, l'évêque d'Amiens accorde l'autorisation de dire la messe dans la chapelle nouvellement construite au rez-de-chaussée.
A la veille de la Révolution, de nouvelles et importantes dépendances en pierre viennent entourer l'avant-cour, reliant le pavillon nord-ouest aus remises et formant un vaste hémicycles adossé à la falaise, dans le style néoclassique.
Le 24 juin 1791, une bande de 600 paysans vient brûler et mettre à sac le château, bientôt déclaré bien national. Après la tourmente, les Croÿ parviennent à recouvrer la majeure partie de leurs biens. Ils se contentent de rendre habitable une partie des dépendances nécessaires à la gestion du domaine et aux chasses. L'incendie qui détruit partiellement ces bâtiments en 1895 les amène à faire restaurer l'extrémité Ouest du château actuel.

Lorsqu'en 1919, il rachète le domaine à Ferdinand de Croÿ et à sa soeur, le baron Alexis de l'Epine trouve un ensemble de construction éprouvé par un long abandon, et bientôt par l'incendie qui, trois ans plus tard, ravage le corps de bâtiment adossé à la falaise au point de n'en laisser subsister que les murs.
Entre 1940 et 1945, le château devenu caserne, a abrité jusqu'à 150 soldats. Le château abrite quelques jours, en 1944, l'état-major du maréchal Montgomery.
Vraisemblablement commencé en 1788 et resté inachevé, l'hémicycle constitue l'une des plus étonnantes réalisations du goût néoclassique en Picardie. Entièrement construite en pierre, sa longue façade en demi-cercle, régulièrement percée de fenêtres béantes, se développe sous une forte corniche, à partir d'une porte surmontée d'un fronton triangulaire. L'épaisseur des maçonneries et la présence d'amorces de voûtes en briques attestent qu'il ne s'agissait pas d'un simple décor, mais bien d'un ensemble de vaste salles voûtées.
Subsiste toujours le colombier seigneurial en forme de tour octogonales.

 
   
CHAPELLE NOTRE DAME DES VERTUS DE NAMPTY

Le sas est ouvert toute l'année
Visite guidée sur demande auprès de Marie-Claude HERMANT au 03 22 42 72 65 

 
 
Elle existait déjà en 1175. Les archives de Corbie nous apprennent que la congrégation religieuse des Augustins de Saint-Laurent-au-Bois reçoit en aumône au milieu du XIème siècle de vastes domaines incultes, dont Nampty-Coppegueule.
Puis, les moines construisent une métairie et une chapelle. Vers 1206, les "Augustins" adoptent la règle de Saint-Benoît et se réfugient à l'abbaye de Corbie qui recueille leurs biens. C'est ainsi que la chapelle passe sous la juridiction de la grande abbaye de Corbie.
Il s'agit d'un petit édifice du XVIIIème siècle en pierre de pays, surmonté d'un clocher en charpente. Le choeur à l'extérieur est plus élevé que la nef. Depuis plus de deux siècles, la chapelle a été épargnée par toutes les guettes, de la Révolution aux deux guerres mondiales en passant par la guerre de 1870. Ce qui fait dire aux habitants que Notre-Dame des Vertus protège Nampty, puisque aucune personne du village n'est décédée pendant tous ces conflits.
La chapelle a servie de sépulture à une dizaine de personnes. Parmi elles, deux conseillers du Roi. Le premier est décédé en 1747, le second en 1797. L'abbé Lescureux, curé de Neuvilles-les-Loeuilly et l'abbé Rocque, curé de Saint-Rémi à Amiens y ont été inhumés respectivement en 1754 et en 1890.
Sur les murs, on trouve une cinquantaine d'ex-voto dont le plus ancien date de 1878, des trophées militaires - épaulettes, képis, épées, brassards, médailles, croix de guerre trois étoiles...

 

 
 
Communauté de Communes du Contynois
8 rue Caroline Follet - 80160 CONTY
Tél. : 03 22 41 20 20     Fax : 03 22 41 20 64
Mail : gwendoline.brazier@cc2so.fr